La rhinoplastie ou chirurgie du nez

La rhinoplastie est le terme employé pour désigner l’opération du nez. Qu’il s’agisse d’en modifier la forme, la longueur ou l’épaisseur.

Elle peut être effectuée pour des raisons esthétiques, mais aussi pour corriger un problème fonctionnel, né d’une malformation de naissance ou d’un accident.

Mais que faut-il savoir d’autre avant d’y recourir ? Les réponses dans cet article.

Définition & objectifs de la rhinoplastie

Définition & objectifs

La chirurgie esthétique du nez a pour but de corriger des défauts souvent mal vécus par le patient et sources d’une grande fragilité psychologique.

On peut aussi recourir à la rhinoplastie pour traiter une gêne respiratoire. Celle-ci est souvent due à une déviation de la cloison nasale. On parle alors de rhinoplastie réparatrice.

Qu’elle soit réalisée dans un but esthétique par nécessité médicale, la rhinoplastie va modifier la morphologie du nez.

Du fait de la position centrale de ce dernier sur le visage, le résultat final devra à tout prix maintenir l’harmonie générale de l’ensemble facial.

 

Tarifs et prise en charge

La rhinoplastie esthétique n’est pas prise en charge par l’assurance maladie. L’ensemble des frais est donc à charge du patient.

Parmi les facteurs qui influent sur la chirurgie du nez, on peut citer : l’étendue de l’opération, sa complexité technique, les honoraires du praticien et de l’anesthésiste, ou encore le type d’hospitalisation.

La rhinoplastie réparatrice, en revanche, peut être prise en charge partiellement par l’assurance maladie. La sécurité sociale a codifié notamment les cas suivants :

  • malformations nasales congénitales,
  • traumatismes accidentels,
  • troubles fonctionnels (déviation de la cloison nasale provoquant une gêne respiratoire).

Etapes pré-opératoires

Examen endonasal

Avant l’opération, le chirurgien procède notamment à l’examen approfondi de la pyramide nasale et ses rapports avec le reste du visage.

Le chirurgien analyse aussi le juste équilibre entre les différentes parties du visage, dans le but de rester fidèle à la personnalité et aux souhaits du patient.

Le résultat final peut être simulé par des retouches photographiques ou le morphing informatique.

L’image virtuelle ainsi obtenue permet de se projeter. Mais le praticien ne pourra garantir une similitude parfaite entre le résultat réel et l’image virtuelle.

L’essentiel étant d’obtenir un résultat harmonieux qui satisfait le client.

 

Les règles à observer avant une rhinoplastie

La consommation de tabac est proscrite un mois au moins avant l’intervention. En effet, celui-ci peut être à l’origine de complications cutanées et respiratoires durant l’anesthésie.

Il faudra également éviter de consommer tout médicament contenant de l’aspirine dans les 10 jours qui précèdent l’opération.

Comment se déroule l’opération du nez ?

Anesthésie

La rhinoplastie se pratique en général sous anesthésie générale. La consultation avec l’anesthésiste a lieu 48 heures au moins avant l’intervention.

Celui-ci peut opter pour une anesthésie locale, renforcée par des tranquillisants (administrés par voie intraveineuse). On parle alors d’anesthésie « vigile ».

Bien entendu, le choix de cette option fera l’objet d’une discussion entre le patient, le chirurgien et l’anesthésiste.

 

L’intervention proprement dite

Selon le chirurgien et l’ampleur des améliorations à apporter, l’intervention peut durer entre 45 minutes et 2 heures.

Le chirurgien adopte des techniques qui lui sont propres. Par ailleurs, il s’adapte à chaque cas et aux corrections à apporter. On ne peut donc systématiser toutes les interventions.

Mais des principes généraux peuvent toutefois être mis en évidence :

  • L’infiltration. C’est le fait d’injecter un sérum anti-saignement et antidouleur dans le nez. Cela facilite la chirurgie et la rend indolore et sans saignement.
  • Les incisions : rhinoplastie « ouverte » ou « fermée » ? Le plus souvent, le chirurgien les dissimule à l’intérieur des narines (incisions endonasales) ou sous la lèvre supérieure. Grâce à cela, aucune cicatrice n’est visible à l’extérieur car la peau du nez n’est pas soulevée. On parle de rhinoplastie fermée (ou « par voie fermée »).

 

Mais il peut arriver que le chirurgien pratique une incision externe. Elle se situe à la base des ailes du nez ou au niveau de la columelle (la séparation entre les deux narines).

Il s’agit alors d’une rhinoplastie dite par « voie ouverte ». La peau du nez est complètement soulevée pour permettre au chirurgien de voir directement les structures osseuses et cartilagineuses.

Il n’en résulte pas moins une cicatrice toute aussi discrète, voire invisible.

Elle est notamment pratiquée lorsqu’il faut réduire la taille des narines.

 

+ L’exposition. C’est le fait de séparer les structures osseuses et cartilagineuses du nez des tissus mous (peau, muscles et muqueuses).

A côté de ces principes généraux, le praticien fera donc appel à différentes techniques selon ses préférences techniques et la nature de l’intervention.

En effet, les gestes chirurgicaux diffèrent selon qu’il s’agit d’opérer la bosse du nez, la pointe du nez ou encore une déviation de la cloison nasale.

 

+ Les sutures. Les incisions sont refermées avec de minces fils résorbables.

 

+ Les pansements et les attelles. Au terme de l’intervention, le chirurgien pose des pansements absorbants (mèches) dans les fosses nasales. Il place également une attelle de protection, en métal ou en plastique, sur le nez.

 

L’ hospitalisation

En général, la chirurgie du nez se pratique en ambulatoire. C’est-à-dire que le patient sort le jour même, après quelques heures de surveillance.

Mais parfois, et selon les cas, il est préférable d’observer une courte hospitalisation. Le patient sort alors de l’hôpital le lendemain ou le surlendemain de l’opération.

Les suites opératoires d’une rhinoplastie

Les douleurs et autres sources d’inconfort

Le principal désagrément après une rhinoplastie est souvent due à la présence des mèches dans les fosses nasales. Celles-ci rendent en effet la respiration par le nez très difficile.

A côté de cela, on peut avancer que les suites d’une rhinoplastie sont peu douloureuses. Si de légères douleurs surviennent, il est conseillé de les traiter avec des antalgiques ordinaires.

Un œdème (gonflement) ou des ecchymoses (bleus) d’importance variable selon les individus seront observés.

Le nez apparaît donc un peu massif juste après l’opération, mais ces stigmates s’atténuent au fur et à mesure.

Un retour à une vie socioprofessionnelle normale peut être envisagé dans les 10 à 20 jours après l’opération, selon les cas.

Les mèches sont retirées 1 à 5 jours après l’opération.

L’attelle, quant à elle, est enlevée entre le 5ème et le 8ème jour qui suit l’intervention. Il peut arriver qu’elle soit remplacée par une plus petite attelle pour quelques jours.

 

Quelles sont les recommandations à suivre après une rhinoplastie ? 

  • Ne faire aucun effort dans les jours suivants l’intervention.
  • Se protéger du soleil tant que les ecchymoses persistent.
  • Éviter les sports et activités violentes durant les 3 premiers mois.

 

Existe-t-il des complications ?

Toute intervention chirurgicale est soumise aux impondérables liés à la nature de l’acte.

Heureusement, les complications relatives à une rhinoplastie sont rares. Pour autant, et dans un besoin de transparence, pourrait-on relever les cas suivants:

  • Des saignements. Présents durant les premières heures post-opératoires, mais modérées.
  • Des hématomes. S’ils sont trop volumineux ou douloureux, ils peuvent nécessiter une « évacuation » manuelle.
  • Une infection. Si elle apparaît, elle devra être prise en charge avec un traitement approprié.
  • Des cicatrices inesthétiques. Elles ne concernent que d’éventuelles cicatrices externes (si elles existent). Mais ce n’est jamais au point de nécessiter une retouche.

 

Ces risques ne doivent toutefois pas être surévalués, du fait de leur rareté.

Avant-après : le résultat final de la rhinoplastie

Une rhinoplastie est toujours suivie de consultations post-opératoires. Ainsi, le patient rassuré pourra toujours signaler au médecin toute anomalie ou poser des questions précises.

Il est nécessaire d’attendre deux à trois mois pour commencer à juger du résultat de l’opération.

L’aspect définitif, quant à lui, sera obtenu 6 mois à 1 an après l’opération.

En plus de l’amélioration esthétique, la rhinoplastie apporte un bénéfice psychologique notable.

De nombreux patients font d’ailleurs état d’une confiance en soi et d’une aisance sociale retrouvées après une opération du nez réussie.

Cette page a été rédigée par le Docteur Joseph Château, chirurgien plasticien spécialiste de la chirurgie esthétique et de la chirurgie de la main à Lyon.

Qu'avez-vous pensé de cette page ?

Note moyenne 5 / 5. Nombre de notes : 3

Pas encore de note, notez en premier !

Nous sommes désolés de savoir que cette page vous déplait

Aidez-nous à l'améliorer

Comment donner de la valeur à cette page selon vous ?