La cruroplastie ou lifting des cuisses

Dans la grande famille des opérations de chirurgie esthétique, la cruroplastie n’est pas la plus connue.

Il s’agit pourtant d’une intervention courante, qui permet aux femmes de redonner à leurs cuisses un galbe et des contours harmonieux.

Qu’est-ce que la cruroplastie ?

La cruroplastie : pour qui et pourquoi ?

A la base du tour de cuisse trop grand, on peut citer une prise de poids excessive. Celle-ci s’accompagne souvent d’une accumulation de masse graisseuse.

Le volume exagéré des cuisses entraîne alors un frottement gênant lors de la marche.

À cela peut s’ajouter un relâchement cutané dû à l’âge, pour un résultat inesthétique particulièrement mal vécu par les personnes concernées.

La gêne physique s’accompagne alors d’un véritable complexe au quotidien : on s’interdit d’aller à la plage, ou de porter tout simplement des vêtements trop ajustés.

Dans ces cas extrêmes, une simple lipoaspiration ne suffit plus pour obtenir des résultats satisfaisants.

La solution devient alors évidente : recourir à une cruroplastie pour retrouver un contour de cuisse harmonieux.

 

Le coût du lifting des cuisses

Le prix du lifting des cuisses est très variable.

Il dépend notamment de la masse de travail à effectuer, des honoraires des médecins, ou encore de la prise en charge ou non par la sécurité sociale.

La fourchette de prix se situe entre 2500 et 7000 €.

Quoi qu’il en soit, le chirurgien remettra au patient un devis personnalisé afin d’éviter toute surprise.

Avant l’opération

En début de consultation, le chirurgien définit avec le patient le type d’intervention. Il sera notamment question du choix des incisions, qui détermineront le tracé des cicatrices.

C’est aussi à cette occasion que le médecin informe la patiente des recommandations à observer avant l’opération :

  • Bannir le tabac un mois avant l’opération, et observer cette recommandation jusqu’à 15 jours au moins après l’opération.
  • Arrêter toute contraception orale le cas échéant.
  • Utiliser une préparation cutanée (genre savon antiseptique) la veille et le jour de l’intervention.
  • Ne rien manger ni boire 6 heures au moins avant l’intervention.

Comment se déroule la cruroplastie ?

Anesthésie

Le lifting de l’intérieur des cuisses dure en moyenne 2 heures. Il nécessite soit une anesthésie générale, soit une anesthésie locale approfondie avec des tranquillisants.

 

L’hospitalisation

Elle dépend de l’importance de l’intervention. En général, la cruroplastie se pratique en chirurgie ambulatoire. Cela signifie que la patiente quitte l’hôpital le jour de l’opération, après une courte période d’observation.

Mais il peut arriver que le chirurgien choisisse de garder la patiente pour une courte hospitalisation de 1 à 3 jours.

 

Les Cicatrices de la cruroplastie : l’opération en elle-même

Pour opérer les cuisses, le chirurgien a le choix entre deux types d’incisions. Elles déterminent le futur tracé des cicatrices.

 

La cicatrice horizontale

Elle est pratiquée lorsque l’excédent cutanée est minime. Elle part du pli de l’aine, longe l’intérieur de la cuisse et s’arrête dans le pli fessier.

 

La cicatrice en forme de T

C’est la combinaison d’une double incision. L’une horizontale le long du pli inguinal, et l’autre vertical qui longe la face interne de la cuisse.

Cette technique est utilisée lorsque l’excédent cutané est important.

À la fin de l’intervention, le chirurgien applique un pansement à l’aide de bandes élastiques collantes ou place une gaine de liposuccion recouvrant les cuisses.

Après l’intervention

Les suites opératoires d’une cruroplastie

Les douleurs post opératoires d’un lifting de l’intérieur des cuisses sont généralement supportables. On arrive à les calmer facilement en suivant un traitement adapté.

La cruroplastie est, quoi qu’il en soit, assez invalidante. En effet, la patiente ressent dans les premiers jours une forte gêne à la marche, à cause de l’endroit où sont situées les zones opérées.

En plus, la cicatrice est située au fond d’un sillon où règne l’humidité. Le processus de cicatrisation est donc un peu plus long que sur les zones corporelles sèches.

Pendant cette période, la patiente évitera tout mouvement d’étirement brutal, notamment lorsqu’elle s’assoit.

Les autres points d’attention à connaître après une cruroplastie sont les suivants :

  • Observer un arrêt de travail de 1 à 3 semaines. La nature de l’activité professionnelle déterminera avec plus de précision le moment de la reprise.
  • Suspendre toute activité sportive jusqu’à 6 semaines après l’opération.
  • Ne pas s’exposer au soleil ni aux ultraviolets pendant 3 mois au moins.

 

Les risques de complication après une cruroplastie

Bien que les complications soient très rares, il est toujours utile de les rappeler.

En effet, toute opération chirurgicale est soumise aux aléas propres à la nature même de l’acte médical.

Ainsi, sans leur donner une importance exagérée, on peut évoquer les cas suivants :

  • Un hématome qui pourrait nécessiter une petite retouche, afin de ne pas altérer la qualité finale du résultat.
  • Une infection favorisée par la proximité des orifices naturels, véritables gîtes microbiens. Voilà pourquoi la patiente devra observer une hygiène pré et post opératoire stricte jusqu’à la cicatrisation totale.
  • Un épanchement provoqué par l’écoulement de la lymphe et de la graisse qui suinte. Pour y remédier, la compression et le repos sont les meilleures solutions.
  • Chez des personnes qui fument, il arrive qu’on observe une nécrose cutanée. Surtout lorsque la personne n’a pas respecté l’arrêt du tabac.
  • Une perte de sensibilité est aussi possible dans la partie haute à l’intérieur de la cuisse. Mais elle revient normalement dans un délai de 6 à 12 mois.

Tous ces symptômes sont cités à titre purement informatif, et ne devraient en aucun cas être surestimés.

Avant-après : le résultat final

Les résultats définitifs d’une cruroplastie sont perceptibles 6 mois à 1 an après l’opération.

Au bout de cette période, les patientes peuvent exhiber de nouveau leur galbe de cuisse harmonieux et une aisance physique retrouvée.

Débarrassées de la peur du regard des autres, elles peuvent à nouveau s’afficher à la plage ou porter des vêtements près du corps.

Cette page a été rédigée par le Docteur Joseph Château, chirurgien plasticien spécialiste de la chirurgie esthétique et de la chirurgie de la main à Lyon.

Qu'avez-vous pensé de cette page ?

Note moyenne 5 / 5. Nombre de notes : 2

Pas encore de note, notez en premier !

Nous sommes désolés de savoir que cette page vous déplait

Aidez-nous à l'améliorer

Comment donner de la valeur à cette page selon vous ?