Après une réduction mammaire, combien de temps pour dégonfler ?

par | 5 juillet 2023

Cette actualité appartient aux catégories suivantes : Chirurgie du sein | Chirurgie esthétique | Réduction mammaire

La réduction mammaire, ou mammoplastie de réduction, vise à retirer une partie de l’excès glandulaire, pour redonner une poitrine harmonieuse et équilibrée, tout en supprimant les douleurs fréquemment associées à une hypertrophie des seins. Une convalescence après réduction mammaire doit toutefois respecter un certain nombre de précautions, pour dégonfler plus vite les tissus œdématiés et retrouver un buste affiné.

 

Les suites opératoires  d’une réduction mammaire

 

Une mammoplastie de réduction s’effectue généralement sous anesthésie générale, avec une à deux nuits d’hospitalisation : plus les volumes retirés sont importants, plus les suites opératoires peuvent s’avérer marquées.

Pour limiter la formation d’œdèmes et d’hématomes immédiatement après l’opération, le chirurgien peut poser des drains en fin d’intervention, ainsi qu’un pansement modelant. Le tout est en principe retiré au bout de 24-48 h, avant le retour à domicile : la douche est alors possible. Les pansements sont refaits ensuite tous les 2 à 3 jours.

La persistance de bleus ou d’œdèmes pendant deux à quatre semaines reste toutefois fréquente, les liquides pouvant tomber par effet de pesanteur et donner alors l’aspect d’un ventre gonflé après la réduction mammaire.

L’inflammation des tissus va s’accompagner de rougeurs, d’une légère douleur et parfois d’une sensation de brûlure après la réduction mammaire : le plus souvent, des antalgiques faibles permettent de rendre ces suites opératoires très confortables pour la patiente.

Pour éviter tout décollement tissulaire, le port permanent d’un soutien-gorge de contention est conseillé durant les quatre semaines après réduction mammaire.

Même si les fils sont résorbables, le chirurgien réalise plusieurs visites de suivi. Le praticien peut adapter la durée de l’arrêt de travail, en moyenne une à deux semaines, et la date de reprise des activités sportives selon leur intensité, au plus tôt un mois.

Ce suivi post-chirurgical va s’étaler sur au moins 6 à 12 mois, le temps que la cicatrisation profonde et le remodelage tissulaire soient entièrement achevés.

 

Quelles sont les précautions pour minimiser les effets secondaires  après une réduction mammaire ?

 

Si l’importance du geste chirurgical reste primordiale, la phase de convalescence l’est tout autant, pour assurer un remodelage harmonieux des contours de la poitrine, favoriser la cicatrisation et limiter les risques de nécrose partielle des tissus.

 

Combien de temps garder le soutien-gorge après l’intervention ?

 

En moyenne, le chirurgien conseille le port d’un soutien-gorge de contention ou d’une brassière modelante jour et nuit pendant 1 mois, puis si besoin uniquement le jour le mois suivant. L’objectif est de plaquer les tissus opérés pour éviter  tout décollement tissulaire, favoriser la cicatrisation profonde et sublimer la tension tissulaire. C’est alors le gage de retrouver une poitrine harmonieuse. Il est interdit de porter des charges lourdes, et de pratiquer des mouvements tirant trop sur les tissus. Toutefois, les gestes de la vie quotidienne sont possibles au bout de quelques jours, sans excès.

 

Comment gérer la perte de poids après réduction mammaire ?

 

La réduction mammaire permet un remboursement de la sécurité sociale dès qu’un chirurgien retire au moins 300 g par sein, ce qui va modifier profondément le poids de la patiente et son centre de gravité. C’est pourquoi il faut apprendre au début à retrouver un nouvel équilibre, certains gestes du quotidien (se pencher, tourner…) étant sensiblement modifiés. La patiente doit le faire progressivement, avec plus d’attention et moins d’automatismes.

 

Quand allaiter après une réduction mammaire ?

Une grossesse ou un allaitement induisent un pic hormonal, avec une congestion et une hypertrophie glandulaire normale des seins. C’est pourquoi il est conseillé d’attendre au moins 6-12 mois avant tout projet de grossesse, l’allaitement après réduction mammaire étant alors possible et sans risque.

 

Comment atténuer les cicatrices d’une réduction mammaire ?

 

Le nombre de cicatrices dépend principalement de l’importance du volume retiré, allant de la simple cicatrice circulaire autour de l’aréole (round block) à celle en ancre marine reliant de manière verticale une autre cicatrice dans le sillon mammaire.

Rouges les premiers mois, les cicatrices virent progressivement au blanc nacré, pour obtenir leur aspect définitif au bout de 6 à 12 mois. Il est impératif de les protéger parfaitement du soleil, avec un soutien-gorge opaque et une bonne crème solaire, au risque d’avoir sinon une hyperpigmentation altérant le résultat esthétique de la réduction mammaire effectuée. C’est ainsi que la réduction mammaire redonnera une silhouette affinée, avec un rendu le plus naturel possible.

Qu'avez-vous pensé de cette page ?

Note moyenne 4.4 / 5. Nombre de notes : 25

Pas encore de note, notez en premier !

Nous sommes désolés de savoir que cette page vous déplait

Aidez-nous à l'améliorer

Comment donner de la valeur à cette page selon vous ?

Dernières actualités du Docteur Château

Pose de prothèse mammaire : quelle durée de vie ?

Pose de prothèse mammaire : quelle durée de vie ?

Si l’augmentation des seins par pose de prothèse mammaire fait partie en France des mammoplasties les plus demandées, les patientes restent toutefois conscientes de la durée de vie limitée des implants. Pour autant, ceux de dernière génération n’obligent pas forcément...

Abdominoplastie : quel résultat 1 an après ?

Abdominoplastie : quel résultat 1 an après ?

Le « lifting du ventre » ou abdominoplastie offre un rendu souvent spectaculaire, avec un avant après qui sublime une silhouette transformée, à la fois plus mince et plus tonique. Il faut toutefois être conscient que le résultat définitif d’une abdominoplastie demande...

Après une abdominoplastie : douleur et cicatrice

Après une abdominoplastie : douleur et cicatrice

Le lifting du ventre ou plastie abdominale permet de traiter en un seul acte opératoire l’excès de graisse (liposuccion du ventre), l’excès cutané (résection) et si besoin le relâchement musculaire (suture du diastasis). Cette opération étant assez lourde, il faut...